Cours Agnes de Langeac

 

 abbaye cour honneur         groupe cal

 Qui est Agnès de Langeac ?


Agnès de Langeac (1602-1634) fut moniale dominicaine au monastère de Langeac. Dès son plus jeune âge, elle attachait une extrême importance à l'oraison.

Agnès modèle de prière

Comme elle entend son maître d'école lui dire qu'il faut toujours aimer Dieu, elle en demande le moyen à son premier confesseur. " Passe de longs moments en silence dans ta chambre et pense à Jésus. "
Agnès sait y mettre le prix. Pour arriver au but poursuivi, elle commence sa prière en se mettant en présence de dieu, disant en elle-même : " Allons mon âme, il faut se tenir un petit quart d'heure devant Dieu et être bien attentive à lui. " Et le quart d'heure largement écoulé : " Poursuivons et passons à la demi-heure. " S'entraînant encore, elle arrive à l'heure entière et bien au-delà.

Une amante de l'Eucharistie

Dès l'âge de 8 ans, Agnès est admise à la première communion, ce qui est exceptionnel à cette époque. Jésus Eucharistie devient le Tout de sa vie.

Aimer la vie et la faire aimer

Agnès aime particulièrement entourer les jeunes mamans quand naisse leur enfant. Son aide est connue et elle est invoquée pour les grossesses difficiles et par les couples qui désirent un enfant. C'est en 1952 à Langeac par son intercession qu'une maman accouche alors que sa vie et celle du bébé étaient en danger. Le miracle est reconnu et obtient la béatification d'Agnès à Rome en 1994.

Prier pour les prêtres 

Par sa prière et ses conseils, elle va guider Jean-Jacques Olier vers la fondation des premiers séminaires de Saint-Sulpice. Elle meurt le 19 octobre 1634, laissant à ses sœurs la vocation particulière de prière pour les prêtres.

Mère Agnès a joué un rôle important en encourageant la profondeur spirituelle et l’esprit apostolique de M. Jean-Jacques OLIER, le futur prêtre fondateur des Sulpiciens en 1641.
L’histoire raconte que Mère Agnès eut une vision de la Vierge Marie en 1631 l’avisant de « prier pour l’abbé de Pébrac ». A cette époque-là, M. OLIER ne connaissait ni Pébrac, ni Mère Agnès bien qu’il eût reçu l’abbaye de Pébrac comme l’un des bénéfices de sa charge comme jeune prêtre. En 1633, il se décida à aller prêcher une mission en Auvergne et à aller faire connaissance tout particulièrement de son abbaye. Pendant une retraite préparatoire à cette mission, M. OLIER eut la vision d’une religieuse, inconnue de lui jusque bien plus tard, qui priait pour l’abbé de Pébrac. Il allait bientôt découvrir que c’était Mère Agnès.
 
Au cours de sa visite à Pébrac, le père Jean JacquesOLIER entendit parler de la grande prieure au couvent de Langeac situé à proximité et il décida d’aller la rencontrer. Il reconnut la jeune femme de sa vision. C’est ainsi que commença une relation spirituelle remarquable et intense, bien que brève jusqu’à la mort de Mère Agnès en 1634. Elle exhorta ce prêtre récemment ordonné à vivre plus près du Seigneur Jésus, à embrasser la croix du Christ et à développer une relation étroite avec la Vierge Marie.

Jean Jacques Olier fut un des fondateurs des séminaires de France au XVIIème siècle.

Agnès de Langeac par l'offrande de sa vie pour le renouveau spirituel du clergé continue à porter du fruit. Aujourd'hui elle poursuit sa mission dans l'Eglise à travers le Cours Agnès de Langeac dont elle est la maitresse spirituelle. 


 

 

 



Créer un site
Créer un site